Vous êtes ici

L'emploi et la formation des adultes

Un statut protecteur

Être reconnu en tant que travailleur handicapé facilite l’accès aux mesures incitatives mise en place pour l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés.

Certes, la Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) ne procure aucune aide financière directe, mais elle ouvre droit à un certain nombre de mesures : l’obligation d’emploi, l’accès à la fonction publique par concours, aménagé ou non, ou par recrutement contractuel spécifique. Elle conduit à une priorité d’accès à des aides à l’emploi et à la formation, ainsi qu’à des dispositifs de maintien dans l’emploi si nécessaire.

UEROS

435, avenue George Frêche - 34174 Castelnau-le-Lez

04 67 33 18 00

CENTRE PREO UGECAM LRMP

515, avenue George Frêche - 34174 Castelnau-le-Lez

04 67 33 18 00 - www.ugecam-occitanie.fr

 

Une orientation pointue

Le Centre de Rééducation d’Insertion Professionnelle (CRIP) favorise le retour à l’emploi par des stages de rééducation professionnelle destinés aux personnes handicapées. Ces dernières suivent alors une formation qualifiante avec la possibilité d’être rémunérées. A ne pas confondre avec le Centre de Pré-Orientation (PREO), qui lui propose des stages pour affiner un projet professionnel et faciliter l’insertion professionnelle.

L’Unité d’évaluation et d’orientation sociale et professionnelle (UEROS) accueille les personnes adultes, de 18 à 60 ans, en situation de handicap à la suite d’une lésion cérébrale acquise. Leurs possibilités de réinsertion sociale et/ou professionnelle sont étudiées en fonction de leurs souhaits et de leurs capacités cognitives, comportementales et physiques.

CRIP

435, avenue George Frêche - 34173 Castelnau-le-Lez

04 67 33 18 00 - crip-34.fr

Le Centre de Formation des Apprentis (CFPA) et le Centre de Formation des Apprentis Spécialisés (CFAS) accompagnent leurs effectifs vers une qualification.

Le Contrat de rééducation professionnelle est destiné aux personnes assurées sociales qui, du fait d’un handicap, ont perdu la possibilité d’exercer leur emploi. Il se réaccoutume ainsi à leur profession ou apprennent un nouveau métier. Assorti d’une rémunération et d’une formation, ce contrat est conclu, pour une durée déterminée, entre l’employeur, le salarié et la CPAM.

 

Les réseaux spécialisés dans l’emploi

Grâce à la Reconnaissance Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH), le travailleur handicapé peut bénéficier du soutien du réseau spécialisé Cap Emploi, organisme dédié à l’insertion professionnelle. Il peut aussi prétendre à un appui via le Service d’aide au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés (Sameth). Cap Emploi et le SAMETH sont totalement financés par l’Association de gestion du fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées (Agefiph), structure qui intervient notamment dans l’attribution d’aides financières destinées à l’insertion professionnelle des travailleurs en situation de handicap. Pôle Emploi se veut aussi facilitateur des démarches engagées par les travailleurs en situation de handicap, d’une part en sensibilisant ses agents. D’autre part, sur son site, dans le champ ‘’Métier, compétence, mot-clé, n° d’offre’’, il est possible d’indiquer ‘’RQTH’’, ‘’travailleurs handicapés’’, ‘’handicap’’.

Pôle Emploi

www.pole-emploi.fr - 39 49

SAMETH

04 99 54 29 60

Cap Emploi

335, Avenue du professeur J.L. Viala

34090 Montpellier

04 99 13 34 25.

EN MILIEU ORDINAIRE DE TRAVAIL

L’entreprise adaptée (EA) fonctionne comme une entreprise « classique ». Sa particularité : posséder un effectif composé d’au moins 80% de personnes en situation de handicap.

Retrouvez les entreprises adaptées sur le site : www.mdph34.fr

EN MILIEU PROTÉGÉ

Les Établissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) accueillent des personnes handicapées orientées par la Commission des Droits de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH) lorsque leurs capacités de travail ne leur permettent, momentanément ou durablement, à temps plein ou à temps partiel, ni de travailler dans une entreprise ordinaire ou dans une entreprise adaptée ou pour le compte d’un centre de distribution de travail à domicile, ni d’exercer une activité professionnelle indépendante. Les possibilités d’activités sont diverses. Par ailleurs, on accorde aux bénéficiaires un soutien médico-social et éducatif, en vue de favoriser leur épanouissement personnel et social. La personne concernée signe un contrat de soutien et d’aide par le travail, ce qui est différent d’un contrat de travail. Elle n’est pas considérée comme salariée et ne peut être licenciée. 

 

Handicap et savoir-faire

En produisant un travail rigoureux et de qualité, l’ESAT de Saint-Martin-de-Londres permet à 65 adultes en situation de handicap de participer au développement économique  du Grand-Pic-Saint-Loup et de développer savoir-faire et créativité.

Pour le directeur de l’ESAT Les Hautes Garrigues, Philippe Desmons, « l’inclusion des personnes en situation de handicap est un état d’esprit ». Bien que situé à l’écart du village, l’ESAT qu’il dirige est pleinement intégré à la vie sociale et économique du bassin de Londres. Les personnes qui y travaillent sont en contact régulier avec les entreprises, collectivités locales et particuliers qui les sollicitent pour leurs compétences en restauration, blanchisserie, espaces verts et conditionnement.

Dernier projet en date pour rompre la monotonie : la création d’un atelier couture. Loin des cadences  de la blanchisserie, Cécile travaille avec soin sur sa machine à coudre. Elle travaille aujourd’hui pour la marque cévenole, CVN : « Je viens ici tous les mardis matins, cela m’apaise ». A ses côtés, Mélanie crée des sacs à main qu’elle vend sur les marchés : « Je prends plaisir à créer et à partager ma passion. C’est à la fois stimulant et valorisant pour moi. ».

En savoir plus : esat-apei-grand-montpellier.fr

 « Le département soutient l’activité des ESAT par le biais de la commande publique, le financement des sections annexes et des foyers d’hébergement. L’objectif poursuivi est d’offrir aux salariés un déroulement de carrière diversifié, adapté à leurs compétences et à leurs envies ». Gabrielle Henry, Vice-présidente déléguée à la solidarité et au handicap

 

Sortir de sa bulle

Inauguré le 19 septembre dernier, le Chai de La Bulle Bleue abrite une fabrique artistique et culturelle. Cet établissement atypique forme une cinquantaine de personnes en situation de handicap, dont treize comédiens. 

Au 285, rue du Mas de Prunet, à Montpellier, la Bulle Bleue est le seul établissement d’aide par le travail (Esat) à proposer des formations artistiques dans le sud de la France. Les élèves y apprennent un métier (extra) ordinaire, mais cet apprentissage est aussi l’occasion de s’exprimer et de reprendre confiance en eux. De nombreux talents se révèlent dans cette structure, gérée par les Pupilles de l’enseignement de l’Hérault (PEP34). « Grâce à la Bulle Bleue, j’ai retrouvé ma voix » déclare l'un des comédiens, Arnaud Gélis. Découvrir l'autre est l’un des objectifs de cet Esat qui forme également des techniciens du spectacle, des cuisiniers, des paysagistes et des chargés d’accueil du public.

« Le Chai de la Bulle Bleue est un lieu unique que notre institution se devait de soutenir. Sur scène, les comédiens ne font plus qu’un avec leur personnage. Grâce à leurs formidables jeux d’acteurs, ils arrivent à interroger notre perception de la différence et les possibles de la personne humaine » Gabrielle Henry, Vice-présidente déléguée à la solidarité et au handicap