Vous êtes ici

Moins de 20 ans : Grandir sereinement

Comment accompagner l’enfant dans son handicap ? Quelle scolarité pour un enfant porteur de handicap ? De quelles aides peuvent bénéficier les familles d’enfants handicapés ? Le Département et ses partenaires oeuvrent pour faciliter le parcours des familles et permettre à tous ces enfants de grandir sereinement.

LES INTERLOCUTEURS DANS LE DÉPISTAGE DU HANDICAP

DIAGNOSTIQUER AU PLUS TÔT

La vigilance, l’anticipation, la qualité sont des valeurs fondamentales dans le dépistage du handicap chez l’enfant dès son plus jeune âge. Le suivi régulier du médecin généraliste, du pédiatre de famille, l’alerte des professionnels de la petite enfance, (crèches, haltes garderies, centre de Protection Maternelle et Infantile - PMI - etc, ...), qui accompagnent l’enfant durant les étapes de son évolution, permettent très tôt de poser un diagnostic et d’assurer une prise en charge.

PROPOSER UNE ORIENTATION PERSONNALISÉE

Les parents ont aussi la possibilité d’être informés et épaulés par des structures spécialisées, dont le Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) ou le Centre médico-psycho pédagogique (CMPP). On compte trois CAMSP dans l’Hérault, situés à Montpellier, Béziers et Sète. Leur mission est d’assurer un diagnostic des troubles du développement de l’enfant de 0 à 6 ans, de veiller à la prise en charge du jeune sujet dans les locaux même du centre ou à domicile. 

Montpellier, Sète, Béziers et Gignac ont un CMPP sur leur territoire. Ce sont des centres de consultation, de diagnostic et de soins ambulatoires, ouverts aux plus jeunes, de 0 à 20 ans. Ils répondent aux difficultés liées à la psychomotricité, l’orthophonie, la médecine, la psychologie et l’aide scolaire. 

Si la nature du handicap exige une orientation vers des services plus spécifiques, l’enfant et ses parents seront conseillés en ce sens.

Tous les contacts sur le site : www.mdph34.fr

ADAPTER L'ACCUEIL AUX BESOINS DE L'ENFANT

LE RÔLE ESSENTIEL DE LA PMI

Le travail mené par la Protection Maternelle et Infantile (PMI), gérée par le Département, et sa quarantaine de médecins répartis sur tout le territoire, est considérable. Outre son rôle dans le dépistage précoce du handicap, la PMI se calque aux besoins et capacités de chaque enfant pour l’aider à grandir dans un milieu stimulant et bienveillant adapté à son handicap. Elle épaule et aide les structures d’accueil de la petite enfance, de la garde des premiers mois à l’école.

Les médecins de la PMI veillent sur les enfants en situation de handicap jusqu’au niveau de la grande section de maternelle. Ensuite, jusqu’au baccalauréat, le relais est assuré par les médecins de l’Education nationale.

BIEN ACCUEILLIR LES ENFANTS

Toutes les structures liées à l’enfance n’ont pas obligation mais vocation à accueillir les enfants en situation de handicap. Depuis la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, d’importantes avancées dans l’accès à un mode d’accueil pour tous ont été observées.

Face aux problèmes rencontrés, aux inégalités criantes, et pour répondre aux sollicitations multiples, le Département de l’Hérault et ses partenaires ont supervisé l’élaboration d’une charte de l’accueil de l’enfant présentant un handicap dans les structures de la petite enfance.

Son objectif est d’inciter tous les acteurs du secteur à rechercher et à garantir un accueil de qualité à ces enfants.

Les adhérents à la charte s’engagent à mettre tout en oeuvre pour encadrer et répondre aux besoins spécifiques de l’enfant en situation de handicap, que ce soit en sensibilisant et formant leurs personnels, en élaborant en toute transparence un projet d’accompagnement pour favoriser l’intégration et l’évolution de l’enfant, dans la confiance et l’entraide mutuelles entre les divers professionnels engagés et les parents.

LES AIDES

UNE DIRECTION DÉDIÉE

La Direction des Parcours Enfants et Socio Professionnels de la Maison Départementale de l’Autonomie de l’Hérault (MDA) est compétente pour l’attribution d’aides et l’orientation vers des dispositifs nécessaires aux situations de handicap de l’enfant de 0 à 20 ans.

APPORTER DES RÉPONSES EFFICACES

L’allocation d’éducation à l’enfant handicapé (AEEH) est versée par la CAF ou la MSA à la personne qui assume la charge de l’enfant et vient compenser les frais d’éducation et de soin. Elle n’est pas soumise à des conditions de ressources et est déterminée en fonction du taux d’incapacité du principal concerné. Un complément peut être accordé lorsque les dépenses liées au handicap le nécessitent, si un parent a dû réduire ou arrêter ses activités professionnelles ou embaucher un tiers pour subvenir aux besoins de l’enfant.

La Prestation de compensation du handicap (PCH), versée par le Département, permet une aide à la prise en charge de certaines dépenses consécutives au handicap, comme les charges liées à un besoin d’aide, à l’aménagement du logement, ou encore à l’achat d’un fauteuil roulant… 

La carte mobilité inclusion (CMI) – qui regroupe les anciennes cartes de priorité, invalidité et stationnement – est accordée sous conditions et permet de bénéficier de certains droits.

Maison départementale de l’Autonomie de l’Hérault

59 avenue de Fès, BP 7353, 34 086 Montpellier Cedex 4, 04 67 67 69 30

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

www.mdph34.fr

CRÊCHE ET SCOLARISATION 

Le Département intervient pour faciliter la scolarisation des enfants porteurs d'un handicap. Il finance l'installation et l'équipement des classes de collèges, destinées aux élèves handicapés moteurs (exemple : collège Las Cazes, à Montpellier) ou intégrant dans leur programme le handicap moteur, physique, auditif ou cognitif (exemple : collège de Fabrègues). Il finance aussi le transport scolaire des enfants handicapés.

EN MILIEU ORDINAIRE

L’enseignement est obligatoire pour tous les enfants de six à seize ans. La loi du 11 février 2005 stipule que tout enfant en situation de handicap a le droit d’être inscrit dans l’école la plus proche de son lieu de domiciliation. La scolarisation en milieu ordinaire doit autant que possible être privilégiée. C’est le cas pour une grande partie des enfants handicapés scolarisés dans le département de l’Hérault.

Le saviez vous ? 1394 enfants en situation de handicap sont scolarisés et accompagnés par une auxiliaire de vie scolaire (AVS) dans l’Hérault.

Les établissements ont été pensés - pour les plus récents - et mis progressivement aux normes - pour les plus anciens -, afin que tous puissent y accéder. Le Département a débloqué des financements pour équiper les collèges en ce sens, notamment à destination des élèves handicapés moteurs. 

L’enseignant référent est l’interlocuteur principal entre les parents, l’établissement et la Maison Départementale de l’Autonomie. Selon la situation de handicap de l’enfant, un Projet Personnalisé de Scolarisation (PPS) sera mis en place.

Un Projet d’accueil individuel (PAI) peut également être conduit au sein de l’école en cas de trouble de santé (dispense d’activité, traitements médicaux réguliers ou d’urgence…).

Parmi les moyens qui favorisent l’insertion et la solidarité, on compte le dispositif relais. Destiné aux élèves en grande difficulté, il est efficace dans certains collèges héraultais qui ont reçu pour cela une dotation du Département de l’Hérault. Ce dernier épaule aussi financièrement les communes dans leur politique éducative, en termes de socialisation des plus jeunes notamment, via les Contrats éducatifs locaux.

ENTRETIEN AVEC SYLVIE TROUILLEUX ET VALÉRIE AGNEL, RESPONSABLES DE LA CRÈCHE MAISON LE PETIT PRINCE À JUVIGNAC

Sylvie Trouilleux et Valérie Agnel sont respectivement directrice et directrice adjointe de la Maison Le Petit Prince, multi-accueil municipal, ouvert depuis 2010 à Juvignac qui accueille des enfants en situation de handicap.

QUELS SONT LES AMÉNAGEMENTS EN PLACE POUR ACCUEILLIR LES ENFANTS EN SITUATION DE HANDICAP ?

Nous pouvons accueillir tout enfant en situation de handicap dans la mesure où sa présence en crèche est bénéfique pour lui. La prise en charge de son handicap doit être compatible avec la collectivité (pas de soins médicaux lourds, pas d’importants troubles de comportement) car nous ne sommes pas une structure médicalisée. L’accès à la Maison Le Petit Prince et aux différents secteurs sont adaptés pour eux (ascenseur, rampe, etc.). Les matériels de la crèche sont ajustés à la spécificité du handicap de l’enfant. Le matériel plus spécifique à chaque enfant est fourni par la famille (fauteuil, siège moulé, ustensiles pour les repas, etc.). Des kinés, orthophonistes, divers organismes – comme le Centre d’action médico-social précoce -, interviennent, si besoin, auprès des enfants pour établir le projet de vie de chaque petit et en faire le suivi. Et ce en accord avec les familles.

PRIVILÉGIEZ-VOUS LA MIXITÉ ?

Les enfants en situation de handicap évoluent au sein du groupe. La mixité est un principe essentiel pour nous. Les enfants apprennent ainsi à grandir et vivre ensemble au quotidien. Il se crée entre eux des liens d’empathie, d’aide, de bienveillance. L’enfant peut prendre conscience des différences lorsqu’elles sont visibles (troubles moteurs ou présence d’appareils). Dans toute situation, l’adulte mettra des mots explicatifs sur ces différ ences pour que les échanges entre enfants se déroulent dans la sérénité.

EN ROUTE POUR L'EMPATHIE ! 

Dans les écoles et collèges de l’Hérault, les enfants font l’apprentissage de la différence en ”expérimentant” les situations de handicap. Un exercice indispensable au vivre-ensemble.

Un bandeau sur les yeux, Lisa attend que Cloé la guide. « Aïe, tu m’as marché sur les pieds ! » Pas facile de s’orienter à la voix ! Un peu plus loin, Fantine est ravie de se faire pousser par Nina. « C’est agréable de ne rien faire. Mais je n’aimerais pas être en fauteuil, il faut faire tout le tour pour aller à la cantine. Et j’aurais peur de ne plus pouvoir jouer avec mes copines. » A l’école primaire de Montblanc, des parcours et des jeux de société ont été installées sous les platanes. Les enfants vont former des couples "aidants-aidés" et expérimenter le quotidien d’une personne en situation de handicap et de son auxiliaire de vie, en s’amusant: C’est Grandir et vieillir ensemble (GEVE) une association, soutenue par le Département et la MAIF, qui anime la récré, et Cédric Rodriguez, son président, explique les règles du jeu aux enfants. «  A tour de rôle, vous guiderez vos compagnons malvoyants ou malentendants et vous pousserez les fauteuils roulants entre les plots », explique-t-il. « L’objectif n’est pas d’aller le plus vite possible, mais d’adapter votre attitude en fonction des besoins de la personne.» Gabrielle Henry, la vice-présidente du Département déléguée à la solidarité et au handicap, très sollicitée par les enfants, répond à leurs questions. « Ces jeux de rôle leur permettent de changer de regard sur le handicap, ils deviennent des ambassadeurs du vivre-ensemble auprès de leur famille. C’est une belle initiative citoyenne ! », confie-t-elle.

Grandir et Vieillir Ensemble - L’association GEVE est spécialisée dans la prévention de la perte d’autonomie. Comment ? En recyclant des fauteuils roulants usagés et en les mettant à disposition de personnes âgées ou en situation de handicap. La récupération du matériel est effectuée auprès des particuliers par les bénévoles. Quant à la réparation et au nettoyage, ce sont les jeunes des lycées agricoles de Pézenas et de Gignac qui s’en occupent. De belles actions intergénérationnelles récompensées par le Département et l’Ordre National du Mérite. Pour faire un don : 06 72 45 04 69 / cedric.ro@hotmail.fr

NO (S) LIMIT(ES)

Ophélie Heurtefeux est documentaliste au lycée Pompidou de Castelnau. En 2017-2018, elle a invité la Compagnie Mozaïk en résidence, pour bousculer les représentations des élèves sur le handicap.

Mozaïk est une compagnie professionnelle de danse inclusive, composée de six danseurs, dont deux en fauteuil roulant et une danseuse sourde. Accueillie en résidence au lycée Pompidou, elle y a organisée des ateliers de sensibilisation au handicap, auprès de dix classes. Pour Patricia Loubière, la chorégraphe, « la mise en situation permet d'approcher, avec son propre corps, les réalités du handicap ». Libérés de leurs appréhensions, les élèves ont interprété plusieurs chorégraphies sur le thème de la différence, à partir de la langue des signes ou du rapport à l’Autre. Pour la première fois, le spectacle mêlait filles et garçons, filières technologique et professionnelle, corps et fauteuils. « Au lycée, on se mélange peu et on s'expose le moins possible, raconte Ophélie Heurtefeux. Les élèves ont été touchés par la vitalité des danseurs. Cela a remis en question leurs préjugés et les a encouragé à se dépasser eux-mêmes, pour relever le défi ». Le 4 mai 2018, les élèves se sont produits devant 350 personnes, en première partie de la compagnie. Le thème de la soirée ? No(s) Limit(es) !

En savoir plus : mozaikdanses.fr

« Les ateliers de sensibilisation au handicap, comme ceux proposés par Mozaïk, sont primordiaux. Ils invitent les citoyens de demain à s’ouvrir à la différence et à composer avec elle. De par leur ténacité, les artistes en situation de handicap sont un exemple pour nous tous », Gabrielle Henry, Vice-présidente à la solidarité et au handicap

Les Unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS)

On les appelle les Ulis. Ce sont des dispositifs collectifs de scolarisation, qui permettent l’intégration dans le premier et le second degré d’un petit groupe d’élèves présentant des troubles compatibles. Les Projets Personnalisés de Scolarisation (PPS) y sont appliqués.

A L'ÉCOLE PRIMAIRE

Retrouvez la liste des classes ULIS en école élementaire dans l'Hérault : Liste des ULIS école 2018-2019
Rentrée 2019 : Ouverture d'une nouvelle classe ULIS à Gignac (34150)

L’annonce officielle a été faite lors du Comité Technique Départemental de l'Education Nationale qui s'est tenu le 13 février 2019. Au regard des moyens départementaux dont dispose l'Education Nationale, il s'agit d'une véritable prise en compte de la reconnaissance des besoins en accueil de publics spécifiques sur la commune de Gignac. 

AU COLLÈGE

37 collèges de l’Hérault disposent d’Unités localisées pour l’inclusion scolaire (ULIS), à même d’accueillir 3 types de handicap :

• Troubles spécifiques du langage (collège Gérard-Philipe à Montpellier),

• Troubles des fonctions motrices (collèges Simone Veil à Montpellier et Ray-Charles à Fabrègues),

• Troubles des fonctions cognitives (33 collèges).

Ces classes, intégrées dans la vie du collège, sont dotées de postes informatiques, de matériels spécifiques et si nécessaire, de la présence d’un kinésithérapeute pour accompagner les élèves souffrant d’un handicap moteur par exemple.

Retrouvez la liste des classes ULIS dans les collèges dans l'Hérault : Liste des ULIS collège et lycée 2018-2019
En savoir plus sur la scolarisation des élèves en situation de handicap : 

- En général (Site Eduscol)

- Dans le département de l'Hérault (DSDEN 34)

EN MILIEU MÉDICOL-SOCIAL

Dans les cas d’impossibilité de scolarisation permanente en milieu classique, la Maison Départementale de l’Autonomie oriente les familles vers un établissement plus adapté au handicap de l’enfant, à savoir en Institut médico-éducatif (IME, IMP et IMPro), en Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (ITEP). Le Service d’éducation spéciale et soin à domicile (Sessad) est, quant à lui, amené à intervenir dans les lieux d’accueil d’enfants, de la crèche à l’école.

Jusqu’à sa majorité, l’entrée dans les structures du champ médico-social est soumise à la décision de la CDAPH (Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées). 



Retrouvez toutes ces structures sur le site de la MDPH : www.mdph34.fr

LES SERVICES D'ÉDUCATION SPÉCIALE ET DE SOINS À DOMICILE (SESSAD)

Les Services d’éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad) conseillent et accompagnent les familles, tout en favorisant l’intégration scolaire et l’acquisition de l’autonomie des plus jeunes, grâce à des moyens médicaux, paramédicaux, psychosociaux, éducatifs et pédagogiques. Ils interviennent dans les différents lieux de vie et d’activité de l’enfant ou de l’adolescent, ainsi qu’à l’école, en milieu ordinaire ou dans un dispositif tel que l’UlisMontpellier en totalise dix, Béziers et Jacou deux. Ils sont aussi présent sur Agde, Bédarieux, Boujan-sur-Libron, Clermont-l’Hérault, Frontignan, Juvignac, Lodève, Lunel, Saint-Hippolyte-du-Fort, Sète.

LES INSTITUTS MÉDICO-ÉDUCATIFS (IME)

 

Les Instituts Médico-Educatifs (IME) accueillent les jeunes atteints de déficiences intellectuelles quel qu’en soit le degré. Ils assurent une éducation et un enseignement adaptés aux aspects psychologiques et psychopathologiques. Ils regroupent à la fois les Instituts Médico-Pédagogiques (IMP) et les Instituts médico-professionnels (IMPRO). On en dénombre quatorze sur le territoire héraultais : à Agde, Bédarieux, Florensac, Frontignan, Jacou, Lunel, Montpellier (4), Nissan-lez-Ensérune, Saint-André-de-Sangonis, Sauvian et Sète.

​LES INSTITUTS THÉRAPEUTIQUES, ÉDUCATIFS ET PÉDAGOGIQUES (ITEP)

Les Instituts thérapeutique, éducatif et pédagogique (Itep) ont pour vocation d’accueillir des enfants ou des adolescents présentant des difficultés psychologiques dont l’expression perturbe gravement la socialisation et l’accès aux apprentissages. On en compte six dans le département : à Béziers, Lodève, Montpellier (3) et Sète.

LES ÉTABLISSEMENTS POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS POLYHANDICAPÉS

Les Etablissements pour enfants et adolescents polyhandicapés, les Instituts d’éducation motrice et les Instituts d’éducation sensorielle assurent le suivi médical, les soins, la rééducation et la scolarisation des enfants en situation de handicap. Ils se répartissent entre Capestang, Juvignac, Lamalou-les-Bains, Mauguio, Montpellier (2) et Prades-le-Lez.

Retrouvez la liste des Instituts et établissements sur le site de la MDPH de l’Hérault : www.mdph34.fr

A L'UNIVERSITÉ

Le Groupement régional pour l’accès des personnes handicapées à l’enseignement supérieur (Graphes) est une écoute aux problèmes que peuvent rencontrer les jeunes étudiants avec un handicap. Son rôle est de les aider dans leurs démarches, les aiguiller sur leur parcours.

Un accueil spécifique est réservé aux étudiants en situation de handicap dans les universités pour les accompagner au mieux dans leurs projets d’études et professionnels. C’est le cas notamment sur le campus de Montpellier.

Un aménagement des conditions d’examen et de concours est possible pour les élèves, étudiants en situation de handicap. Ils peuvent ainsi, et entre autres, se voir accorder des aides techniques ou humaines, l’utilisation d’un matériel spécialisé.

S’agissant des élèves du BEPC au BTS, un dossier de demande est à constituer. Les formulaires sont disponibles sur le site internet de l’Académie de Montpellier.

S’agissant des étudiants, ils doivent s’adresser aux services d’accueil des étudiants en situation de handicap, contacts ci-dessous :

Université de Montpellier

Handiversité


Campus Triolet : Accueil Secrétariat

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h

Bât. 13 (RDC) – Place Eugène Bataillon, 34095 Montpellier cedex 5

04 67 14 41 44 / 06 73 50 28 65

handicap@umontpellier.fr

www.umontpellier.fr/campus/handicap
Université Paul Valéry

Montpellier 3


Service Accueil des étudiants en situation de handicap (SAEH)

Bâtiment Archéologie (K)

Accueil du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 16h

04 67 14 21 43/ 06 65 10 32 39

etud.handi@univ-montp3.fr

www.univ-montp3.fr/fr/node/85776

LE TRANSPORT SCOLAIRE DES ÉLÈVES HANDICAPÉS

Les cartes Libre circulation, délivrées aux élèves handicapés, leur assurent un transport collectif gratuit en temps et hors temps scolaire.

Tous les cars d’Hérault Transport sont aux normes d’accessibilité et avant fin 2018, le Département s’est engagé avec les communes à aménager à cet effet l’ensemble des lignes régulières.

Un dispositif d’acheminement adapté est proposé sous certaines conditions, aux jeunes scolarisés, qui ne peuvent utiliser les transports en commun. Il s’adresse aux enfants dès 6 ans jusqu’aux étudiants, et est du ressort de Hérault Transport.

Si le handicap de la personne l’oblige à recourir à un mode de transport adapté, elle doit faire une demande auprès de la MDA/MDPH. Pour les frais de transport générés, il faut retirer et remplir un formulaire auprès d’Hérault Transport.

Attention, si le demandeur dispose d’une carte d’invalidité ou d’une Carte Mobilité Inclusion mention Invalidité en cours, la demande à la MDA/MDPH pour avis de transport n’est pas nécessaire. La personne s’adresse directement à Hérault Transport.