Vous êtes ici

Sortir, se divertir, faire du sport

Le dynamisme du comité Handisport

Le Département de l’Hérault défend des positions et vote des budgets pour favoriser l’accès à tous à la culture, au sport et aux loisirs. Avec le programme Actions éducatives territoriales, par exemple, il soutient dans les collèges la découverte du sport et de la culture, en octroyant des aides complémentaires aux dispositifs Ulis (Unité localisée pour l’inclusion scolaire).

Le Département s’appuie sur le comité départemental Handisport, qui oeuvre depuis des décennies au développement des activités physiques en direction des personnes handicapées, jeunes et adultes.

L’opération Le sport pour tous les jeunes dans l’Hérault répond aussi à la politique du Département de contribuer à la diversification et au développement des pratiques sportives chez les jeunes, en situation de handicap ou pas.

Comité Handisport

Zac Pierresvives - 34086 Montpellier Cedex 4 - 04 67 67 42 84 - cd34@handisport.orghandisport-herault.org

Soutien au sport de haut niveau

Le Département et le Comité départemental handisport apportent un soutien précieux à tous les athlètes de haut niveau. L’investissement du Département est aussi destiné à promouvoir le sport de haut niveau dans divers événements, dans les rencontres régionales ou nationales régulièrement organisées sur le territoire héraultais.

Esprit handi gagnant

Du haut de ses 14 ans, Luan déborde d’appétit de vivre…et de gagner.  Atteinte d’un cancer à l’âge de 7 ans, elle a connu un vrai parcours de combattant : la maladie, la chimiothérapie, les greffes, la chirurgie. Vive, sportive et dynamique, malgré et contre son handicap, c’est vers la natation qu’elle s’est donnée à fond. Cette jeune héraultaise s’est hissée au rang des meilleures athlètes atteintes de handicap et a été sélectionnée pour participer aux championnats de France de natation handisport qui se dérouleront à Montpellier du 29 juin au 2 juillet. Un évènement soutenu par le Département avec aussi l’aide d’animateur sportifs d’Hérault Sport formés pour mieux accompagner les personnes en situation de handicap.

« Le handicap, c’est une lutte de tous les instants. Et dans le sport, c’est un vrai dépassement de soi. » Gabrielle Henry, Vice-présidente déléguée à la solidarité handicap 

Ma différence fait ma force

Raphaël Bizieux, 12 ans, est passionné de voile. En octobre, il a obtenu une médaille d’or aux jeux paralympiques européens de la jeunesse, à Gênes.

Né sans main gauche, Raphaël Bizieux est aujourd’hui médaillé d’or des jeux paralympiques de la jeunesse qui ont eu lieu à Gênes, en novembre 2017. Malgré sa différence, ce jeune héraultais de Bassan a su forger son caractère, développer sa personnalité et ses capacités physiques avec optimisme et détermination. Elevé par des parents qui n’ont pas fait la différence avec leurs autres enfants, ce collégien de 12 ans doué en math et bien structuré, s’est très tôt passionné pour la voile. « J’ai commencé à 5 ans par des stages d’Optimist l’été, au club du Cap d’Agde. Ca m’a beaucoup plu, et j’ai très vite appris », explique-t-il. « Le vocabulaire et la technique étaient durs à intégrer, mais je me débrouillais bien en tactique, pour arriver le premier à la bouée. » Après un premier podium à 7 ans, dans le cadre des Départementales de voile, Raphaël n’a cessé de progresser. Les stages se sont enchaînés, révélant ses capacités et un fort potentiel. Le jeune sportif a été repéré par les entraîneurs et la Fédération française handisport pour son sens inné de la stratégie, son caractère vif et tenace, qui s’accroche malgré son handicap et réussit brillamment dans les régates. En parallèle à une scolarité menée avec sérieux, l’enfant doué et volontaire, se prépare pour la sélection des championnats du monde aux USA, en septembre, et à Hiroshima, en octobre !

Pierresvives, un lieu de référence

Ce lieu multiculturel, cité des savoirs et du sport, est un modèle de bâtiment adapté à tous. Il peut être visité via un parcours tactile, guidé par des médiateurs. Des fauteuils roulants ainsi que des loupes pour consulter les archives et les guides sont à disposition. Le lieu est composé d’espaces ouverts en rez-de-chaussée. Pierresvives est doté de nombreuses facilitations : ascenseurs ; boucle magnétique dans son amphithéâtre pour l’écoute de conférences et projections ; spectacles, animations, ateliers sont ouverts à tous les publics quel que soit leur handicap.

Domaine départemental PierresVives

907, rue du Professeur Blayac - 34080 Montpellier

04 67 67 30 00

www.pierresvives.herault.fr

Cap sur la Bulle Bleue

Unique. Magnifique. En 2012, la compagnie La Bulle Bleue a vu le jour. Cet établissement et service d’aide par le travail, situé à Montpellier, n’est pas commun. Loin de là. La particularité, la richesse, de cette troupe de création et diffusion artistique est que toute l’équipe, des comédiens aux techniciens, est en situation de handicap. Les spectacles sont pensés, montés, portés par la troupe elle-même. Et le succès ne se dément pas : chacun des passages de la Bulle Bleue est une fête, amplement saluée. Un beau pied de nez aux préjugés qui confirme joliment que la culture, c’est l’affaire de tous !

La Bulle Bleue

283, rue du Mas Prunet - 34070 Montpellier

04 67 42 18 61

www.labullebleue.fr

A la rencontre de Norbert, malentendant… et professeur de guitare : "Tu n’es pas différent, tu es comme les autres" 

Quand on est malentendant ou sourd, la musique ne va pas forcément de soi… Et pourtant ! Démonstration mélodieuse à l’appui, Norbert Averoux, professeur de guitare malentendant au sein de l’association SURDI 34 à Montpellier, nous explique que la musique est un langage universel qui « s’écoute » et se ressent avec l’ensemble de notre corps et pas uniquement avec nos oreilles. 

 

Norbert Averoux de l’association SURDI 34 nous interprète Nathalia de Georges Moustaki. Un morceau qu’il a appris et joué en concert à l’âge de 13 ans !

À QUEL AGE-AVEZ-VOUS COMMENCÉ À JOUER DE LA GUITARE ?

« J’ai été « appareillé » à l’âge de 2 ans. Suite à une « vilaine » otite, comme on dit. Un jour, j’avais 4 ans, je crois que je ne parlais toujours pas, je me suis arrêté dans un magasin de jouets, fasciné par une guitare accrochée au mur. Je me suis approché et ai fait vibrer une corde. J’en ai eu des frissons. Mon cœur s’est mis à battre ! J’ai couru chercher ma mère. Le Noël suivant, j’ai trouvé cette guitare au pied du sapin. Je me souviens, ma mère m’a dit : « Tu as le droit d’avoir une guitare, tu n’es pas différent, tu es comme les autres ! ». »

AVEZ-VOUS TROUVÉ FACILEMENT UN PROFESSEUR DE MUSIQUE ?

« Malheureusement, non ! J’avais beau être « comme les autres », les professeurs de musique étaient bien déroutés par ce petit garçon qui ne parlait pas beaucoup et mal et qui était malentendant ! Mon père était dépité par les échecs... Ce n’est qu’après plusieurs années qu’il a trouvé l’annonce d’un professeur de guitare débutant. »

QUEL SOUVENIR AVEZ-VOUS DE CE PREMIER PROFESSEUR ?

« J’étais son premier élève ! Au collège, j’avais du mal à trouver ma place et j’étais souvent découragé. Mon professeur de guitare a fait preuve de beaucoup de patience avec moi, c’était un excellent pédagogue, très à l’écoute de mes besoins. Il m’a appris à « écouter » et à me connecter aux sons en mettant tous mes sens en exergue et à me servir de mes propres ressentis, de mon imagination, pour « interpréter » la musique. »

JUSTEMENT, COMMENT ON FAIT POUR "INTERPRÉTER" UN MORCEAU DE MUSIQUE QUAND ON EST MALENTENDANT ?

« Quand on est musicien, on est bien plus qu’un simple technicien capable de lire une partition. On ne « traduit » pas une partition, on l’ « interprète ». De tout notre corps ! 
Même pour un « entendant », il est important de ne pas se fier qu’à ses oreilles et de laisser tout son corps « s’ouvrir » aux sons ! De percevoir la musique à travers nos mains, nos bras, notre cuir chevelu, notre ventre, notre poitrine…
Quand je lis une partition, je vois des notes, mais aussi des couleurs, des différences de fréquences, que mes doigts interprètent ensuite sur la guitare selon mon humeur… Il existe 10 000 manières d’interpréter un morceau de musique ! »

QU'EST-CE QUE LE MUSIQUE VOUS APPORTE AU QUOTIDIEN ?

« Elle me fait oublier mon handicap, tout simplement ! Ce n’est que grâce à elle que j’ai réussi à me dépasser, à entrer au Conservatoire National de Musique, à échanger avec les autres et à faire des rencontres… Quand j’ai eu 20 ans, j’ai eu l’occasion de faire un stage international de guitare dans les Pyrénées Orientales. Plus de cent jeunes de nationalités différentes étaient venus apprendre la guitare avec les meilleurs professeurs français, espagnols, argentins et mexicains. Au quotidien, mon handicap me rendait parfois la vie dure. La communication avec les autres étaient parfois compliquée. J’étais un jeune homme mal dans ma peau, timide. Mais lors de ce stage, j’ai découvert qu’on n’avait pas besoin de paroles pour jouer ensemble ! »

Aujourd’hui, Norbert anime des ateliers d’éveil musical pour l’association SURDI 34 et donne des cours particuliers à domicile en s’adaptant aux spécificités de chacun (surdité, maladies chroniques, hyperactivité…).

Plus d’infos sur :
www.surdi34.fr

« Le parcours de Norbert est un bel exemple de réussite ! La musique est un langage universel qui permet de se connecter aux autres mais aussi de se retrouver et d’oublier son handicap. Le Département s’engage pour l’insertion sociale des personnes en situation de handicap, en soutenant notamment Handiscol’Sport (www.handisport-herault.org), un dispositif qui garantit l’accès au sport pour les jeunes handicapés scolarisés »Gabrielle Henry, Vice-présidente déléguée à la solidarité handicap 

Zepetra, une école de cirque pour tous

Des bébés aux grands-mères, en passant par les enfants et ados "extra ordinaires" : à Castelnau-le-Lez, tout le monde fait son cirque ! Depuis 2005, Zepetra propose des ateliers de cirque "adaptés", accessibles à tous, quel que soit l’âge, les difficultés physiques, cognitives ou sociales. Animés par Eric et Laurène, ces ateliers s’inscrivent dans des projets thérapeutiques, construits avec les institutions qui viennent chaque semaine, comme l’Institut Médico-Educatif (I.M.E.) du Château d’O, à Montpellier. « En tant qu’éducateur spécialisé, mon rôle est de proposer un cadre de travail ritualisé et sécurisé, dans lequel chacun va pouvoir s’exercer et atteindre ses propres objectifs, explique Eric Buton, responsable du cirque adapté. Au fil des séances, la relation de confiance se tisse, les regards et les rapports changent. Et l’exploit devient possible ! »

Le cirque "adapté" permet de progresser à son rythme, à l’abri des regards extérieurs.

En savoir plus : zepetra.fr / 04 86 11 11 25